Branche Est 2e phase : présentation générale

La section à l’Est, située au nord de la Franche Comté et sud de l’Alsace, est composée de l’infrastructure à grande vitesse sur 35km et de trois raccordements – un avec la première phase de la LGV Rhin Rhône et deux avec la ligne actuelle Strasbourg-Mulhouse.

La section à l’Ouest se situe en Bourgogne, dans le département de la Côte d’Or.  Elle est composée de l’infrastructure à grande vitesse sur 15km et de deux raccordements, un avec la première phase de la LGV Rhin-Rhône et l’autre sur la ligne actuelle Dijon-Dole à hauteur de Genlis.

Ce projet, qui a bénéficié d’une déclaration d’utilité publique en 2002, n’est pas un nouveau projet.  Les 2 tronçons constituent l’achèvement de la branche Est dont les travaux ont été lancés en 2006 et dont la ligne a été mise en service le 11 décembre 2011.  Ce projet de 2ème phase a déjà été acté par les collectivités territoriales, l’Etat et RFF.  Les études d’avant-projet détaillé pour les équipements ferroviaires, les études d’avant-projet sommaire pour les raccordements, et les études de niveau projet (génie civil) ainsi que les acquisitions foncières sont achevées.

Plus de 82 M€ ont déjà été consacrés à ces études de projet, aux acquisitions foncières, à l’archéologie, et aux travaux préparatoires.

Les dernières estimations financières font ressortir un coût global pour la deuxième phase à environ 1 160 M€ dont 850 M€ pour le tronçon Est et 310 M€ pour le tronçon Ouest.

Le 18 janvier 2012 les collectivités partenaires ont signé avec l’Etat français et RFF un protocole d’intention pour la réalisation et le financement de la seconde phase de la Branche Est de la LGV Rhin-Rhône. Celui-ci définit le calendrier et les perspectives d’engagement de cette seconde phase, ainsi que le cadrage et les principes de financement des investissements nécessaires à sa mise en œuvre.

L’achèvement de la branche Est permettra de gagner jusqu’à 28 minutes supplémentaires sur cet axe Nord-Sud européen par rapport au meilleur temps de parcours déjà réalisable avec la mise en service de la première phase.   Par ailleurs, la deuxième phase de la branche Est permettra un renforcement des liaisons avec les grands aéroports dont celui de l’Euroairport Bâle-Mulhouse-Freiburg, ainsi que ceux de Zurich, et de Francfort.

L’équilibre socio-économique de l’ensemble du projet, y compris le tronçon déjà mis en service, dépend des liaisons transfrontalières et européennes rendues possibles par la réalisation de la 2ème phase.

Le projet apportera une nouvelle dynamique aux territoires traversés, dont ceux de Franche-Comté, d’Alsace et de Bourgogne et leur permettra de faciliter notamment leur mutation industrielle.  Il concerne des villes, agglomérations et régions réparties sur trois Etats (Allemagne, France, Suisse) regroupant plus de 2 millions d’habitants et 1,1 million d’emplois.

La 2ème phase de la branche Est permettra de positionner l’ensemble de ce réseau de villes et régions comme un maillon incontournable des échanges Nord – Sud et Est – Ouest.  Elle permettra de développer des synergies et d’ouvrir de nouvelles opportunités de communication, de coopération, d’intégration et d’échanges dans des domaines comme la santé, l’éducation, les recherches et les diverses industries présentes au sein des territoires desservis.

Le projet est hautement stratégique pour la France et l’Europe dont le développement économique et le rayonnement international nécessitent qu’elles disposent d’infrastructures de transport de qualité, interconnectées avec les réseaux voisins et intégrées dans les grands axes d’échanges européens.

Le chantier de la 1ère phase de la branche Est a permis la création de 6000 emplois dont 4000 emplois directs durant la période du chantier. L’engagement de la deuxième phase de la branche Est permettrait une relance de l’emploi avec la création de plus de 2000 emplois.

De l’achèvement de la branche Est dépend la possibilité pour la LGV Rhin-Rhône de remplir sa fonctionnalité européenne, élément clé de l’axe prioritaire Rotterdam-Anvers-Bâle-Lyon-Gênes identifié comme projet prioritaire 24 dans le Réseau Trans Européen de Transport 2007-2013, et du corridor Mer du Nord-Méditerranée du réseau central du RTE-T 2014-2020.

Les commentaires sont fermés.