Communiqué de Jean-Marie BOCKEL / Audit sur les grandes infrastructures de transport du 5 mars 2003

Le 5 mars 2003

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Le TGV Rhin-Rhône est un atout pour la place de la France
en Europe. Il est prêt. Il faut le faire

L’audit sur les grandes infrastructures demandé par le gouvernement confirme (outre son fort intérêt européen et sa bonne rentabilité socio-économique) que le TGV Rhin-Rhône (branche Est) est bien, aujourd’hui, le projet de ligne à grande vitesse le plus avancé.

Sa mise en chantier en 2004/2005 est techniquement possible.

C’est pourquoi il est incompréhensible que le TGV Rhin-Rhône soit placé à égalité avec le projet de TGV Paris-Bordeaux alors que les études de celui-ci comptent plusieurs années de retard.

Il est regrettable également que le TGV Rhin-Rhône ne soit pas apprécié dans sa dynamique d’ensemble. La synergie entre les branches Est, Ouest et Sud est, en effet, quasiment absente du rapport d’audit. L’échéance de réalisation des branches Ouest et Sud est bien trop lointaine, elle n’est pas acceptable.

La mission d’audit privilégie les relations TGV Paris-Province, c’est une vision étroite, dépassée, de l’aménagement du territoire qu’il faut placer à la dimension de l’Europe. Le TGV Rhin-Rhône est le bon outil pour cela.

L’atout – aujourd’hui – du TGV Rhin-Rhône c’est son état d’avancement. Il faut donc conserver cet avantage, ce qui suppose :
– l’achèvement de la première tranche des études d’APD en juillet 2004,
– une décision ministérielle de mise en chantier dans la foulée,
– le bouclage du plan de financement.

En tant que président de l’Association, j’attends du gouvernement qu’il prenne les dispositions nécessaires pour que le TGV Rhin-Rhône soit réalisé dans les délais annoncés préalablement à cet audit. Nous avons besoin, ici comme ailleurs, d’un Etat impartial.

Jean-Marie BOCKEL
Président de l’Association

Pour télécharger le document au format Word (24 ko) cliquer ici.

Les commentaires sont fermés.