Communiqué de presse de Jean-Marie BOCKEL du 30 juin 2005

Le 30 juin 2005

COMMUNIQUE DE PRESSE

avec prière d’insérer

La décision prise par le gouvernement de vendre la totalité de ses parts dans trois sociétés d’autoroutes (déjà partiellement privatisées) va complètement déstabiliser l’Agence de financement des infrastructures de transports en France (AFITF).

Rappelons que celle-ci a été créée par le précédent gouvernement avec pour objectif de financer – en s’appuyant sur les dividendes des sociétés autoroutières, qui constituaient une recette pérenne et importante aujourd’hui remise en cause – un ambitieux programme d’infrastructures, ferroviaires en particulier.

A l’heure où le Premier ministre parle de relance économique en s’appuyant sur les grands travaux, et où nos concitoyens sont interpellés sur les conséquences néfastes du trafic routier en matière de pollution, il y a là une contradiction majeure.

En qualité de président de l’Association Trans Europe TGV Rhin-Rhône-Méditerranée je ne peux que m’inquiéter fortement de ce changement de cap.

En effet, le bouclage du plan de financement de la première tranche du TGV Rhin-Rhône, pourtant promis par l’Etat à la fin de ce mois, est toujours attendu alors que la préparation de la mise en chantier se poursuit conformément au calendrier prévu.

Il devient donc urgent de conclure la question du financement du TGV Rhin-Rhône, dont la dimension européenne, et franco-allemande, n’est plus à démontrer.

Jean-Marie BOCKEL,
Président de l’Association
Sénateur-Maire de Mulhouse
Ancien Ministre

Pour télécharger le document au format Word (21 ko) cliquer ici.

Les commentaires sont fermés.