Communiqué du Bureau du 11 Septembre 2003

Réunion du Bureau du 11 septembre 2003

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Le TGV Rhin-Rhône est le plus avancé, le moins cher, le plus européen.
Il est prêt, il faut lancer les travaux dans un an !

L’audit sur les grandes infrastructures de transport demandé par le gouvernement l’a confirmé : la branche Est du TGV Rhin-Rhône est aujourd’hui le projet de ligne à grande vitesse le plus avancé en France.

Son coût pour l’Etat, de l’ordre de 500 millions d’euros, est très modeste comparativement à la quasi totalité des autres projets et elle bénéficie d’un taux de rentabilité socio-économique exceptionnel, de l’ordre de 11,3%.

Compte tenu de sa « très forte valeur ajoutée européenne », le groupe de travail présidé par M. Karel VAN MIERT a proposé à la Commission de classer le TGV Rhin-Rhône comme projet prioritaire au niveau européen.

Les études préparatoires à la mise en chantier d’une première tranche de réalisation de cette branche Est (études d’avant-projet détaillé) seront achevées en août 2004 et remises à cette date au ministre des transports pour approbation.

La mise au point d’un plan de financement de cette première tranche de réalisation est donc indispensable pour que les travaux puissent démarrer sans délai après cette date.

La nécessité et l’intérêt d’une mise en chantier fin 2004, début 2005 (pour une mise en service en 2010, c’est techniquement possible) ont été régulièrement réaffirmés, depuis une dizaine d’années, par les collectivités territoriales concernées et les différents responsables gouvernementaux.

Le Bureau de l’Association Trans Europe TGV Rhin-Rhône-Méditerranée (qui comporte de très nombreuses collectivités françaises, allemandes, suisses et espagnoles), réuni ce jour à Mulhouse, demande instamment au gouvernement de confirmer, dans le cadre du CIAT annoncé pour décembre 2003, cet objectif et de finaliser, d’ici août 2004, le bouclage du financement, par tous moyens, de la première tranche de travaux de la branche Est du TGV Rhin-Rhône.

Et ce d’autant plus que les régions Alsace, Bourgogne et Franche-Comté ont, quant à elles, déjà pris leurs responsabilités dans le cadre d’une solidarité sans faille.

L’Association se félicite de ce que, le 10 septembre 2003, le gouvernement suisse a inscrit sa participation au TGV Rhin-Rhône en 1ère phase des projets de raccordement au réseau européen à grande vitesse.

Le Bureau de l’Association se félicite également du prochain lancement des études préliminaires de la branche Sud, auxquelles participera également la région Rhône-Alpes, et des études d’avant-projet sommaire de la traversée de l’agglomération dijonnaise, en souhaitant la mise à l’étude de la branche Ouest complète, de Dijon à la ligne du TGV Sud-Est.

Pour télécharger le document au format Word (23 ko) cliquer ici.

Les commentaires sont fermés.