Réunion du Bureau / Adresse au Gouvernement du 12 décembre 2003

Vendredi 12 décembre 2003

ADRESSE AU GOUVERNEMENT

Dans quelques jours, le Comité Interministériel d’Aménagement et de Développement du Territoire (CIADT) arrêtera la liste des projets d’infrastructures prioritaires au plan national.

C’est la raison pour laquelle les membres du Bureau de l’Association, réunis ce jour en Mairie de Belfort, souhaitent, une nouvelle fois, attirer solennellement l’attention du Gouvernement sur l’intérêt régional, national et européen du TGV Rhin-Rhône.

La branche Est du TGV Rhin-Rhône, de Dijon à Mulhouse, ayant été déclarée d’utilité publique en janvier 2002, il serait légitime que les travaux soient lancés sans tarder, avant la fin de la réalisation de la première phase du TGV Est, désormais en vue, comme le prévoyait d’ailleurs une décision interministérielle de février 1998. Les principales collectivités alsaciennes elles-mêmes ayant approuvé ce principe en mars 1999.

En effet, tout comme pour les régions Franche-Comté et Bourgogne et leur économie, l’intérêt de l’Alsace, et en particulier celui de Strasbourg en tant que capitale européenne, est de se positionner sur un grand axe européen Nord-Sud, allant de l’Allemagne du Nord à la Méditerranée. La première tranche du TGV Rhin-Rhône procurera 1 H 45 de gain de temps de parcours entre Strasbourg, Lyon, Marseille et l’ensemble de l’arc méditerranéen.

Aujourd’hui, le TGV Rhin-Rhône constitue le projet de ligne à grande vitesse le plus rentable, le plus avancé, le moins coûteux pour les finances publiques, comparativement à la quasi-totalité des autres projets.

La Commission européenne (et la Banque européenne d’investissement) la Suisse, les régions Alsace, Bourgogne et Franche-Comté se sont d’ores et déjà engagées à participer au financement de la première tranche de la branche Est du TGV Rhin-Rhône.

Ne manque plus que la réponse de l’Etat français, tout retard serait préjudiciable pour le maintien de l’activité économique de cet axe où sont présents de grands groupes industriels.

Nous demandons donc au Gouvernement de confirmer dans le cadre du prochain CIADT son intention de finaliser d’ici août 2004, date d’achèvement des études d’avant-projet détaillé, le plan de financement de la première tranche de travaux du TGV Rhin-Rhône, afin que celle-ci puisse être mise en chantier sans délai.

Nous rappelons la nécessité de poursuivre les travaux en cours pour la construction de la LGV-Est, par la réalisation de la 2ème phase jusqu’à Strasbourg, à l’issue des travaux de la 1ère phase, en 2007.

Annexe : liste des membres du Bureau et des adhérents de l’Association Trans Europe TGV Rhin-Rhône-Méditerranée.

Pour télécharger le document au format Word (23 ko) cliquer ici.

Les commentaires sont fermés.